Étranger / Outsider

En français:

Lorsque je suis entré pour la première fois dans une salle d’attente pour ma première réunion post-diagnostic avec mon neurologue, j’ai été frappé par une chose. Personnes très âgées, aux cheveux gris. Personne ne me ressemblait. Tout le monde était facilement octogénaire et ils avaient les cheveux gris, les visages essuyés et je me démarquais simplement « comme un pouce douloureux ».

Où étaient les personnes atteintes de la maladie de Parkinson à début précoce? Pourquoi ai-je été vu dans une clinique intitulée « Soins aux personnes âgées » et étais-je vraiment censé être là? Je me sentais comme un étranger. C’est le sentiment que j’ai eu lorsque je suis allé dans des cliniques, depuis. J’ai créé une peinture pour représenter ce moment; ce sentiment. J’ai peint à l’acrylique sur toile.

La peinture montre également comment, en 2021, on m’a dit que la charge de travail du neurologue est maintenant trop chargée, avec des patients en fin de vie, pour pouvoir garder un « jeune » patient sur la charge de travail. On m’a donc référé à la « neurologie générale ». Ceci, m’a-t-on dit, était dû à une pénurie de neurologues et d’infirmières spécialistes de la maladie de Parkinson, en raison du Brexit.

‘Outsider’ (c) Deano Parsons. 2021.

In English:

When I first walked into a waiting room for my first post diagnosis meeting with my neurologist, I was struck by one thing. Very elderly, grey haired people. Nobody looked like me. Everyone was easily in their eighties and they were of grey hair, wizened faces and I simply stood out ‘like a sore thumb’.

Where were the people with Young Onset Parkinson’s Disease? Why was I being seen in a clinic entitled ‘Elderly Care’ and was I really meant to be there? I felt like an outsider. This has been the feeling I have had when attending clinics, ever since. I created a painting to depict this moment; this feeling. I painted using acrylics on canvas.

The painting also depicts how, in 2021, I’ve been told that the neurologist’s case-load is now too full, with end of life patients, to be able to keep a ‘young’ patient on the case-load. I have been referred to ‘General Neurology’, as a result. This, I was told, was due to a shortage of Parkinson’s specialist neurologists and nurses, due to Brexit.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s