Locked In / Verrouillé

Hi Friends. I find myself in a perplexing situation. I am locked in to my country. I have no freedom to be where I want to be, You see, I am in a relationship and my partner lives in his native France. If Brexit had not happened, I would have been simply able to go and live with him. Now that we have Brexit, and the borders it creates, I cannot simply go and live with him. In fact, in any 180 day period, I can only spend 90 days with him.

I was never a supporter of Brexit. I foresaw many of the problems this country now faces and was, like others who tried to make those problems known, labelled as a ‘scare-mongerer.’ I won’t bother listing the things that I said would be a consequence of leaving the EU. I do not need to; for they are evident in our daily news.

I am a person who went through my teenage years in the 1980’s. This seemed to be a time of great hope, in many ways. While my nation went through great change and difficulty at that time, globally and culturally, I felt that the world appeared to be moving into closer union.

People around the world were making what seemed to be the first real steps in connecting with each other. Ordinary people were travelling more than ever before. Global disasters, such as famines in Africa, were pulling ordinary people and cultural icons together, around the world, to help those in in need.

Environmental issues were really coming into the wider consciousness in a way that I had never seen before and again; ordinary people and cultural icons pulled together to respond to these global issues. Whether it was the emerging campaigns for recycling, the early stages of global warming awareness, the fight to stop damage caused by deep see drilling or the campaign to stop seal cubs beaten beaten to death for skins/fur; the world was acting together.

My view of the world perhaps became a little rose-tinted. Certainly, my view of my own country, the United Kingdom, became rose-tinted. So much of the drive to respond to these massive world issues came from my own nation. I was so proud of my country and of the way we culturally, perhaps more than politically, stepped up to help in these and many other causes and campaigns.

When the Brexit vote happened, after decades of the UK being at the forefront of designing and shaping the EU, I was utterly shocked and devastated. How could we seek division? How could we be hostile about our closest neighbours? How could we be so racist? How could we be so self-protectionist? The list goes on and I still ask these questions.

Again, I will not list the seemingly endless negative consequences of Brexit. They are evident. To those who cannot see them, I suspect they never will.

What I am enraged about is that I once had the freedom to live in a partnership of countries that meant my freedom to be and to live extended to the far reaches of Europe; from the arctic circle, to the Mediterranean Sea. Now, I have only the freedom of my very tiny archipelago of islands, just the United Kingdom. One consequence of Brexit might yet still be the loss of Scotland from the UK. In that event, my freedom will be reduced to the very tiny remaining lands of the UK. Boxed in.

It is beyond painful, beyond difficult and almost unbearable to be separated from the person you are in love with. To know that you are in a situation that is unnecessary, that just a few years ago would not be a situation at all, simply adds to the actual suffering that is caused by enforced division.

Here I am, needlessly renting an apartment in England, taking up a place at my Doctor’s surgery. using the services of the National Health Service (NHS) for Parkinson’s Disease care, claiming benefits and adding to pollution with frequent visits to France; whereas before Brexit I could simply have moved to France. I understand there are tens of thousands of people in the same predicament as me; all needlessly using UK resources when we do not wish to be here but, we are locked in. Our freedom to relocate was taken from us.

So, in addition to the loss of 50,000 nurses from the NHS, who went back to their native EU, the UK is recruiting in tens of thousands of nurses from The Phillipines and Pakistan. In addition, tens of thousands of people, like me, are forced to stay in the UK and take up housing, medical services and Government funds, needlessly. We are locked in.

Having grown up in the era that I did, I find myself scratching my head when I look at the world, today. The ludicrous divisions caused by Brexit. Russia invading Ukraine. China poised to invade Taiwan. North Korea threatening to nuke pretty much everyone. Extremists and terrorists. It is evident that those of us who learnt to believe in kindness and good sense were, in fact, the minority.

I am glad to be in the minority. The other way of thinking just looks so ugly.

En français:

Salut les amis. Je me trouve dans une situation déroutante. Je suis enfermé dans mon pays. Je n’ai pas la liberté d’être là où je veux être, vous voyez, je suis en couple et mon partenaire vit dans sa France natale. Si le Brexit n’avait pas eu lieu, j’aurais simplement pu aller vivre avec lui. Maintenant que nous avons le Brexit, et les frontières qu’il crée, je ne peux pas simplement aller vivre avec lui. En fait, sur une période de 180 jours, je ne peux passer que 90 jours avec lui.

Je n’ai jamais été un partisan du Brexit. J’avais prévu bon nombre des problèmes auxquels ce pays est maintenant confronté et j’ai été, comme d’autres qui ont essayé de les faire connaître, étiqueté comme un « alarmiste ». Je ne prendrai pas la peine d’énumérer les choses que j’ai dites être une conséquence de la sortie de l’UE. Je n’ai pas besoin de le faire; car ils sont évidents dans nos nouvelles quotidiennes.

Je suis une personne qui a traversé mon adolescence dans les années 1980. Cela semblait être une période de grand espoir, à bien des égards. Alors que ma nation traversait de grands changements et de grandes difficultés à cette époque, à l’échelle mondiale et culturelle, j’ai senti que le monde semblait s’unir plus étroitement.

Les gens du monde entier faisaient ce qui semblait être les premiers vrais pas pour se connecter les uns aux autres. Les gens ordinaires voyageaient plus que jamais auparavant. Les catastrophes mondiales, telles que les famines en Afrique, rassemblaient des gens ordinaires et des icônes culturelles, dans le monde entier, pour aider ceux qui étaient dans le besoin.

Les questions environnementales entraient vraiment dans la conscience plus large d’une manière que je n’avais jamais vue auparavant et encore; des gens ordinaires et des icônes culturelles se sont réunis pour répondre à ces problèmes mondiaux. Qu’il s’agisse des campagnes émergentes pour le recyclage, des premières étapes de la sensibilisation au réchauffement climatique, de la lutte pour arrêter les dommages causés par le forage en profondeur ou de la campagne pour arrêter les bébés phoques battus à mort pour des peaux / fourrures; le monde agissait ensemble.

Ma vision du monde est peut-être devenue un peu rose. Certes, ma vision de mon propre pays, le Royaume-Uni, est devenue rose. Une grande partie de la volonté de répondre à ces problèmes mondiaux massifs est venue de ma propre nation. J’étais tellement fier de mon pays et de la façon dont nous nous sommes mobilisés culturellement, peut-être plus que politiquement, pour aider à ces causes et à bien d’autres.

Lorsque le vote sur le Brexit a eu lieu, après des décennies où le Royaume-Uni était à l’avant-garde de la conception et de la formation de l’UE, j’ai été complètement choqué et dévasté. Comment pourrions-nous chercher la division? Comment pourrions-nous être hostiles à l’égard de nos voisins les plus proches? Comment pourrions-nous être si racistes ? Comment pourrions-nous être si autoprotectionnistes ? La liste est longue et je pose toujours ces questions.

Encore une fois, je n’énumérerai pas les conséquences négatives apparemment infinies du Brexit. Ils sont évidents. Pour ceux qui ne peuvent pas les voir, je soupçonne qu’ils ne le feront jamais.

Ce qui m’énerve, c’est que j’ai déjà eu la liberté de vivre dans un partenariat de pays qui signifiait ma liberté d’être et de vivre étendue aux confins de l’Europe; du cercle polaire arctique à la mer Méditerranée. Maintenant, je n’ai que la liberté de mon tout petit archipel d’îles, juste le Royaume-Uni. L’une des conséquences du Brexit pourrait encore être la perte de l’Écosse du Royaume-Uni. Dans ce cas, ma liberté sera réduite aux très petites terres restantes du Royaume-Uni. Enfermé.

Il est plus que douloureux, plus que difficile et presque insupportable d’être séparé de la personne dont vous êtes amoureux. Savoir que vous êtes dans une situation qui n’est pas nécessaire, qui il y a quelques années à peine ne serait pas du tout une situation, ne fait qu’ajouter à la souffrance réelle qui est causée par la division forcée.

Me voici, louant inutilement un appartement en Angleterre, prenant place chez mon médecin. utiliser les services du National Health Service (NHS) pour les soins de la maladie de Parkinson, réclamer des prestations et ajouter à la pollution avec des visites fréquentes en France; alors qu’avant le Brexit, j’aurais simplement pu déménager en France. Je comprends qu’il y a des dizaines de milliers de personnes dans la même situation que moi; tous utilisent inutilement les ressources du Royaume-Uni alors que nous ne souhaitons pas être ici, mais nous sommes enfermés. Notre liberté de déménager nous a été enlevée.

Ainsi, en plus de la perte de 50 000 infirmières du NHS, qui sont retournées dans leur UE natale, le Royaume-Uni recrute des dizaines de milliers d’infirmières des Philippines et du Pakistan. En outre, des dizaines de milliers de personnes, comme moi, sont obligées de rester au Royaume-Uni et de prendre un logement, des services médicaux et des fonds gouvernementaux, inutilement. Nous sommes enfermés.

Ayant grandi à l’époque où je l’ai fait, je me retrouve à me gratter la tête quand je regarde le monde, aujourd’hui. Les divisions ridicules causées par le Brexit. La Russie envahit l’Ukraine. La Chine est sur le point d’envahir Taïwan. La Corée du Nord menace d’bombarder à peu près tout le monde. Extrémistes et terroristes. Pleurage. De toute évidence, ceux d’entre nous qui ont appris à croire en la gentillesse et au bon sens étaient, en fait, la minorité.

Je suis heureux d’être minoritaire. L’autre façon de penser a l’air si laide.



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s